Droits de l'homme









Article 3 | Déclaration universelle des droits de l’homme

Article 3 | Déclaration universelle des droits de l’homme « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne ».

 

Dans cet article, la Déclaration universelle protège le droit à la vie, et condamne la possibilité de faire mourir tout individu. Ce droit qui semble venir de soi est pourtant nécessaire à l’élaboration et à la défense des lois. Ce droit à la vie condamne les homicides, mais il inclut aussi les prémices des questionnements sur la peine de mort, l’avortement, à l’euthanasie et autre dilemme. La mort ne peut pas être infligée intentionnellement. Le respect de l’être humain dès le commencement de sa vie, fait partie des libertés fondamentales à défendre et à étendre à travers le monde. Le cadre particulier de cet article, et son application ont fait l’objet de nombreux traités en fonction de l’évolution des mœurs, dans les sociétés occidentales, où la plupart se sont basés sur les fondements de la Déclaration universelle pour faire abroger la peine capitale notamment.

 

Le droit à la liberté est présent dans les articles précédents. Liberté d’expression, d’opinion, de mode de vie, de pensées, liberté d’agir sans enfreindre les lois, liberté d’être tout simplement. Le droit à la sûreté est explicite sur le fait que les états, les nations, les gouvernements se doivent de protéger leur ressortissant, que ce soit par le moyen des lois, des traités, ou des mises en place fonctionnelle sur le terrain, les politiques d’un pays se doivent de garantir la sûreté de leurs ressortissants. Par exemple la destruction massive de certaines populations constitue une atteinte à la sûreté générale des personnes et une défaillance des politiques en place. Cet article conforte le droit à la sûreté et condamne les arrestations arbitraires, illégales, et autorise les peines dans le cadre des lois et des juridictions en vigueur. Mais chaque personne doit être protégée.

 

La liberté, la sécurité d’agir sans nuire aux autres, la dignité et la tolérance pour soi et envers les autres constituent les bases des sociétés modernes. Les pays signataires de la Déclaration se doivent d’offrir à leurs populations de vivre dans un état libre et sûr, sans oppression, et sans danger.

 

 
Copyright Droits de l'homme / Reproduction interdite sous peine de poursuites judiciaires.
En partenariat avec Annuaire gratuit / Abattements fiscaux